Collège Jean Jaurès de Lomme

Contre la suppression aveugle de postes, contre la logique comptable sans réelle réflexion éducative; un blog pour soutenir et rendre visibles les actions des parents, profs et personnels éducatifs, menées autour d'un établissement du Nord de la France, ma

19 avril 2011

La tension monte en Franche Comté : « on lâche rien »

 

Blog: Besançon et ses environs, collectif des parents et enseignants en colère

 Facebook : Collectif des parents et enseignants en colère du Doubs

 En Franche Comté, le processus est le même que dans le Nord : le temps des comités techniques paritaires est passé, la carte scolaire est tombée selon une logique comptable de diminution du nombre de fonctionnaires.

 Conséquences les plus visibles : des classes ferment, des établissements sont menacés, le nombre d’élèves augmente dans les cours, de nombreux professeurs sont employés sur plusieurs établissements.

 S’il est vrai qu’attribuer plus de moyens ne suffit pas à faire augmenter la réussite scolaire, cela ne peut en aucun cas justifier les restrictions actuelles et ses conséquences immédiates partout dénoncées : le temps et l’attention consacrés à chaque élève diminuent, le temps de gestion de classe augmente au détriment du temps de travail.

 Les plus touchés seront les familles dont les parents n’ont ni les moyens ni les compétences pour compenser le suivi individuel des enfants rendu très problématique.

 L’enveloppe de moyens est en baisse, Rectorats et Inspections d’Académies sont techniquement limités dans leurs échanges et prises en considération des démarches des établissements : seuls les plus persuasifs de par leurs arguments ou leur mobilisation obtiennent quelques moyens de toutes façons inférieurs d’une année à l’autre.

 Dans un tel contexte où le dialogue social était muselé d’avance, tristesse, colère et action se répandent chez les professeurs mais aussi chez les parents inquiets pour la scolarité de leurs enfants ; conscients de problèmes qui dépassent largement les éternels enjeux politiques, ils sortent de plus en plus de leur réserve et se joignent aux mouvements de protestation quand ils ne les initient pas.

 De nouveaux collectifs se créent entre établissements, la lutte commence à sortir des sentiers battus, les catégories se mêlent et changent la donne : parents et enseignants se joignent, syndiqués et non syndiqués partagent des slogans, banderoles d’établissements de la maternelle au supérieur se suivent et surtout, dépassent les dates limites des comités techniques paritaires: le conflit pourrait s’installer au-delà, comme le laisse supposer l’annonce de certains mouvements.

 Le collectif des parents et enseignants en colère du Doubs illustre ce phénomène dont les récentes actions pourraient bien faire écho dans le reste du pays.


Commentaires

Poster un commentaire